« Time Out » : on prend une pose - Option Régions Option Régions

Fermer

« Time Out » : on prend une pose

« Time Out » : on prend une pose

 

Au Québec, nous avons développé une grande habileté pour nous chicaner et trouver mille raisons pour ne pas être d’accord avec les autres. Nous avons une banque de chicanes qui pourrait nous rendre millionnaires si nous pouvions la transformer en argent.

 

Parmi celles-ci, il y a les jeunes avec les aînés, les athées avec les croyants, les urbains avec les ruraux, les carnivores avec les végétariens, les chasseurs avec les groupes de défense des animaux, les nationalistes avec les multiculturalistes, les progressistes avec les conservateurs, les fédéralistes avec les indépendantistes, les localistes avec les internationalistes, les sportifs avec les culturels, les écologistes avec les je-m’en-foutistes, etc. Nous pourrions continuer la liste encore et ce, d’autant plus que chacune de ces catégories se redivise en une multitude quasi infinie. À titre d’exemple, les végétariens ne s’opposent pas seulement aux carnivores, mais réussissent parfois à se quereller entre eux puisqu’il y a au moins une dizaine de sortes différentes de végétarisme. Nous pouvons aussi donner l’exemple des partis politiques autorisés par le directeur général des élections au Québec qui sont au nombre de 19 actuellement.

 

Le plus comique ou le plus triste, c’est que malgré le grand nombre de partis politiques, il y a de plus en plus de citoyens qui ne se reconnaissent dans aucun. Nous sommes rendus à un tel stade d’individualisme qu’il faudrait que chaque citoyen ait son propre parti. Nous n’irons pas loin avec ça.

Qui plus est, au moment où il y a des choses terribles qui se passent un peu partout dans le monde : des gens qui meurent de faim, des gens entassés dans de rudimentaires camps de réfugiés, ou sont massacrés dans des guerres sanglantes,  des grossiers personnages ou des despotes de toutes sortes qui gouvernent pendant que la planète est en train de subir les pires sévisses environnementaux causés par l’humain. Nous, au Québec, terre de privilégiés, nous discutons sur le sexe des anges alors que nous pourrions devenir un exemple mondial de civilité. Nous avons oublié que nous faisons partie d’une minorité de privilégiés de la planète qui peuvent se payer le luxe de s’entredéchirer sur toutes sortes de questions dont le débat ne serait pas toujours essentiel. Alors que les médias nous présentent des images de destructions massives de toutes sortes un peu partout sur la planète n’est-il pas temps que nous prenions une pose dans nos querelles ?

Nous avons la capacité de postuler pour le titre de meilleur pays au monde plutôt que de s’imaginer de nouveaux conflits. Nous pouvons améliorer ce qui se passe chez nous, mais également contribuer à ce que le reste de la planète s’améliore aussi. Pour se faire, nous pourrions élaborer une plate-forme commune, simple, composée de 5 priorités maximum : dont une locale ou régionale, une nationale et une internationale qui pourrait réunir la plupart d’entre nous dans le cadre d’un programme commun soumis à l’ensemble des partis politiques lors de l’élection de l’automne 2018?   Pouvons-nous mettre en marche un mouvement spontané et temporaire qui pourrait faire la différence aux prochaines élections? Aurons-nous la volonté et le courage de relever ce défi? Je le crois. Je suis prêt à faire ma part et vous?

 

Denis Trottier

Président

 

Option régions

347, rue Plante

Péribonka (Québec)  G0W 2G0

Cellulaire : 418-618-3010

[email protected]

 

 

À Propos de l'auteur

Denis Trottier est président-fondateur d'Option Régions. Il a été le député de Roberval à l’Assemblée nationale du Québec pendant 7 ans. Il a également été nommé l’une des dix personnalités les plus marquantes du Québec en environnement ainsi que la plus persévérante. Denis Trottier a aussi agit à titre préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, maire de Péribonka et conseiller municipal de Dolbeau.

Pour en savoir plus, consultez sa biographie sur le site de l’Assemblée nationale du Québec.

Inscrivez votre commentaire

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>